Entre le voyeur et la bête

Entre le voyeur et la bête a été réalisé dans le contexte du Festival des arts éphémères au parc de Maison Blanche à Marseille. La thématique de cette édition s’imposait sous l’heure des rêveurs et plus particulièrement avec les écrits de Lewis Carroll et Alice au pays des Merveilles. Ici, un équilibre fragile des préoccupations de la petite Alice qui devient grande. Entre candeur et malice, entre frigidité et sexualité, une petite fille qui laisse regarder sous sa jupe le voyeur qui l’observe par le trou de la serrure.

 

Le titre trouve son origine dans un extrait de l'insoutenable légèreté de l'être de Milan Kundera : "Ce désir soudain nous rappelle quelque chose; oui, il nous rappelle le fils de Staline qui a couru se suspendre aux barbelés électrifiés parce qu'il ne pouvait supporter de voir les pôles de l'existence humaine se rapprocher au point de se toucher, de sorte qu'il n'y avait plus de différence entre le noble et l'abject, entre l'ange et la mouche, entre Dieu et la merde."

 

Entre le voyeur et la bête

 

2014

 

Polycarbonate alvéolaire, tissu, mirroir, métal

200 cm x 100 cm x 100 cm

 

 

Vue d'exposition au parc Maison Blanche, Marseille sur un commissariat de Lydie Marchi

 

et Chapelle Sainte Anne, Arles sur un commissariat de Clémentine Feuillet

 

 

Copyrigths © Wendy Vachal 2018 tous droits réservés